> > > Réforme de l’école : le projet définitivement adopté

Réforme de l’école : le projet définitivement adopté

Actualité publiée dans "Éducation nationale" le 26/06/2013

Réforme de l’école : le projet définitivement adopté
Vincent Peillon, ministre de l'Éducation nationale (Clément Bucco-Lechat/CC-by-sa)

Le 25 juin dernier, les sénateurs ont adopté la réforme de l’école, tout comme l’Assemblée nationale quelques jours plus tôt. La loi est donc définitivement adoptée et les premières mesures pourront être appliquées dès la prochaine rentrée.

La loi de refondation de l’École

L’Assemblée nationale avait voté, le 5 juin, en faveur de la réforme de l’école qui a elle-même été de nouveau adoptée par les sénateurs le 25 juin dernier. Cette loi est donc définitivement adoptée.

Bien que concernant l’ensemble du système scolaire français, la réforme s’articule essentiellement autour de l’école primaire.

L’une des principales mesures du texte concerne la création de 60 000 postes d’enseignants en 5 ans. Les zones défavorisées seront particulièrement concernées avec la validation du dispositif plus de maîtres que de classes ».

Prenant acte du très faible niveau en langues étrangères des écoliers français, le ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon, a tenu à ce que l’introduction d’une langue vivante soit rendue obligatoire dès le CP.

Afin de renouer avec une formation forte du corps enseignant, le texte prévoit la création d’Écoles supérieures du professorat et de l’Éducation (Espe). Ces établissements auraient pour vocation de prendre la place des instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) appelés à disparaitre depuis le précédent gouvernement.

Dans les zones d’éducations prioritaires, l’accent sera également mis sur la scolarisation des moins de 3 ans, dans le but de combattre l’échec scolaire de plus en plus présent.

Une application dès la rentrée 2013-2014

Cette nouvelle réforme étant adoptée, sa mise en place devrait avoir lieu à la rentrée scolaire prochaine, explique le site du gouvernement.

Adopté à l’unanimité par des élus de gauche, le texte divise l’opposition, certains dénonçant une réforme incomplète, d’autres dénonçant une « volonté de passer en force ».

Pour le ministre, « le seul but [de cette loi], c’est la réussite des élèves ». Vincent Peillon a ainsi appelé à ce que tous les élus et toutes les personnes concernées travaillent « dans l’intérêt des élèves » et non dans « l’intérêt d’un camp ».

Actualités liées

ESPE : Vers une nouvelle école des professeurs

Actualité publiée dans "Éducation nationale" le 01/07/2013

ESPE : Vers une nouvelle école des professeurs

Prévus en remplacement des IUFM décriés par beaucoup, les écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) vont être officiellement lancées ce lundi 1er juillet. L’occasion de faire le point sur ces nouveaux établissements.

L’Éducation nationale va soutenir les directeurs d’écoles

Actualité publiée dans "Éducation nationale" le 20/06/2013

L’Éducation nationale va soutenir les directeurs d’écoles

Les négociations du 18 juin, qui se sont déroulées au ministère de l’Éducation ont permis de prendre des décisions concernant le quotidien des directeurs d’école. Pour les aider, le gouvernement a décidé de recruter 10 000 personnes.

L’Éducation nationale veut mettre le numérique au cœur de l’école

Actualité publiée dans "Éducation nationale" le 14/06/2013

L’Éducation nationale veut mettre le numérique au cœur de l’école

Le ministre de l’Éducation nationale a présenté le premier point d’étape du grand projet d’entrée de l’École dans l’ère du numérique. Les premières modifications sont prévues pour la rentrée prochaine, dans les classes de maternelle et de primaire.

Réforme de l’école : le Parlement préfère l’égalité au Gender

Actualité publiée dans "Éducation nationale" le 04/06/2013

Réforme de l’école : le Parlement préfère l’égalité au Gender

Votée le 4 juin dernier, la réforme de l’école a pour but de sensibiliser les élèves à l’égalité entre les hommes et les femmes, mais la théorie du genre ne fera, quant à elle, pas partie de ce projet de loi. Barbara Pompili continue pourtant d’y croire.

De la petite section au CM2