> > > Échec scolaire : des résultats français annoncés comme décevants

Échec scolaire : des résultats français annoncés comme décevants

Actualité publiée dans "Société" le 19/06/2013

Échec scolaire : des résultats français annoncés comme décevants
Le système éducatif français continue de descendre dans le classement PISA (Clio/CC-by-sa)

Le prochain classement Pisa, le Programme international pour le suivi des acquis des élèves et véritable étalon des systèmes éducatifs, paraîtra début décembre. La France, déjà mal placée, devrait encore reculer dans le classement.

La France, mauvaise élève de l’OCDE

Le classement Pisa évalue et classe les systèmes éducatifs de 65 pays membres ou associés de l’OCDE. La France recule dans le classement depuis une dizaine d’années, ce qui se confirmerait encore cette année.

Selon Le Figaro, les résultats en mathématiques sont les plus alarmants : dans ce domaine où elle excellait auparavant, la France a chuté de quatorze points, rien qu’entre 2003 et 2009, ce qui inquiète aussi les grandes écoles, qui craignent de voir diminuer les effectifs des classes prépa.

Une autre enquête internationale (PIRLS) publiée en décembre dernier montrait que les performances en lecture des élèves de CM1 des écoles françaises avaient également chuté.

Les angles d’attaque envisageables et envisagés

L’Allemagne, qui avait dégringolé dans le classement, est parvenue à remonter la pente. En 2001, un élève allemand âgé de 15 ans sur quatre ne savait ni lire ni écrire correctement, rappelle Le Figaro.

Le gouvernement a donc organisé une grande réforme pour améliorer le système éducatif, en mettant l’accent, comme le rappelle le quotidien, sur les compétences linguistiques dés la petite enfance ; ;une meilleure collaboration entre les structures préscolaires et primaires ; l’amélioration de l’enseignement au primaire et également sur un renforcement constant des compétences de lecture.

Un soutien particulier a aussi été mis en place pour les élèves issus de milieux défavorisés.

En France, tout le monde s’accorde à dire que la dégradation de la formation des enseignants a contribué à la baisse du niveau scolaire, comme les effectifs trop importants dans les classes et le manque de personnel pour l’accompagnement renforcé.

George-Pau Langevin, la ministre déléguée responsable de la réussite éducative, a également soulevé la question des particularités des territoires en suggérant que la réussite scolaire serait d’autant plus améliorée que les élus locaux et les associations seraient impliqués dans le système éducatif.

Actualités liées

La Fondation pour l’enfance veut bannir les gifles

Actualité publiée dans "Société" le 18/06/2013

La Fondation pour l’enfance veut bannir les gifles

La Fondation pour l’enfance va diffuser à partir du 22 juin, sur les télévisions françaises et sur internet un nouveau spot de sensibilisation contre les gifles. L’association voudrait interdire ces pratiques en France.

Professeurs des écoles : une prime annuelle de 400 euros confirmée ?

Actualité publiée dans "Société" le 25/06/2013

Professeurs des écoles : une prime annuelle de 400 euros confirmée ?

Selon le quotidien Les Échos, le gouvernement devrait donner son accord pour qu’une prime annuelle de 400 euros soit attribuée aux 330 000 professeurs des écoles. Le premier versement est prévu pour décembre 2013.

Un projet de loi contre la violence scolaire par le Parlement des enfants

Actualité publiée dans "Société" le 11/06/2013

Un projet de loi contre la violence scolaire par le Parlement des enfants

Samedi 8 juin, 577 élèves de CM2 réunis à l’Assemblée nationale pour le 18e Parlement des enfants, ont voté un projet de loi pour lutter contre les violences et les discriminations scolaires et pour aider les enfants qui en sont victimes.

La Fête des Mères à l’école : un moment délicat

Actualité publiée dans "Société" le 03/06/2013

La Fête des Mères à l’école : un moment délicat

Un petit mot publié sur Facebook par un instituteur déclenche un débat animé au sujet du traditionnel cadeau de fête des Mères. Si les parents y sont généralement favorables, les instituteurs sont beaucoup plus partagés.

De la petite section au CM2